Sports Vie au Cégep

Les Élans du football : Le recrutement de l’année 2016-2017

© Jimmy Pearson Photographe Ne pas reproduire, ni copier sans mon autorisation.

© Jimmy Pearson Photographe Ne pas reproduire, ni copier sans mon autorisation.

 

Ce jeudi 15 septembre, le coach de football Claude Juneau a partagé en entrevue le déroulement du recrutement des Élans, selon les niveaux.

Journaliste Léa Marie Gagnon

Le recrutement de l’an passé a amené dans l’équipe plusieurs joueurs qui en sont seulement à leur première année collégiale, mais qui percent déjà l’alignement cette saison-ci. On retrouve entre autres deux demi-défensifs, Geoffrey Cantin et Thomas Landry, qui sont partants chez les Élans depuis le premier match de la saison. Excluant les unités spéciales, il y a également une dizaine de joueurs qui sont en mesure de participer aux matchs.

Il y a 10 ans, Garneau était le seul cégep de la région à jouer en Division 1, soit la ligue la plus forte juste avant celle universitaire, jusqu’à l’arrivée du CNDF et Lévis-Lauzon depuis quelques années. Avec Limoilou qui entre dans sa deuxième saison en Division 1, M. Juneau croit que la principale compétition demeure entre les joueurs, puisque ceux des deux équipes se connaissent généralement bien, venant, par exemple, de la même école secondaire, mais ayant choisi un cégep différent. Il est certain qu’il y a une certaine compétition régionale lorsque vient le recrutement car il y a de bons athlètes partout, mais c’est aux entraineurs de savoir quel genre de joueurs ils recherchent. Par après, c’est aux étudiants de décider quelle vision du programme de football leur convient le mieux, chaque cégep en ayant une très différente.

Juneau mentionne que les rivalités sont dans la nature humaine et ne dépendent pas du cégep adverse. Ayant gagné contre Limoilou 35-8 le 3 septembre dernier, il affirme que ce match « a été abordé comme un match de plus sur notre cédule et notre adversaire le plus important est toujours le prochain qu’on rencontre ». Chaque cégep joue une fois contre les autres établissements dans l’unique but de se rendre aux éliminatoires. Chacun des matchs compte, il ne faut jamais en prendre aucun pour acquis. Les programmes des quatre cégeps de Division 1 de la région ont tous de fortes identités qui divergent complètement, alors c’est aux jeunes de déterminer ce qui leur convient le mieux. À cause de la divergence des programmes, bien que les entraineurs se croisent dans les périodes de recrutement, ça demeure une saine rivalité.

Au collégial, trois saisons de football sont préalables à un étudiant pour être recruté au niveau universitaire, donc les joueurs étalent généralement leur parcours au cégep sur 5 ou 6 sessions. Parmi ceux dans leur dernière année à Garneau, plusieurs sont recrutés dans des universités au travers du Canada, soit Laval, Montréal, Concordia et Sherbrooke. Certains sont même courtisés par l’OFC, la Conférence de football d’Ontario, par la ville d’Ottawa.

Les Élans sont reconnus pour être particulièrement bien formés, et c’est avec un programme spécifique de développement de vitesse et musculaire qu’ils en arrivent à progresser et atteindre un tel niveau. Bien que le football ne se déroule que du début août à la fin novembre, le sport se fait à l’année. En janvier, les joueurs doivent suivre obligatoirement chaque semaine deux sessions de course de développement de vitesse et de flexibilité en plus de quatre séances de musculation. Malgré cela, M. Juneau affirme de ses athlètes que « leur corps est comme une formule 1 », c’est-à-dire qu’il faut leur faire atteindre leurs capacités maximales, mais également y faire attention.

La vision propre aux Élans caractérise leur identité. En Division 1, leur programme est détaillé heure par heure, incluant les cours, les pratiques sur le terrain, les périodes d’entraînements en musculation et les meetings sur les stratégies du sport en vidéos et light. Ils s’entrainent également en piscine pour travailler en apesanteur leurs tendons et ligaments. À cela, ils doivent ajouter deux périodes d’études de deux heures, elles aussi obligatoires. Comme l’entraineur le dit, ils sont des étudiants-athlètes, non des athlètes-étudiants. Il est donc primordial d’avoir comme priorité les études, ce qui les aide à développer leur plein potentiel et passer au niveau supérieur.

Ayant été entraineur d’équipes scolaires, collégiales et universitaires, en plus d’avoir joué pour les Rouge et Or, M. Juneau a décidé de poursuivre au niveau collégial, car c’est au cégep que l’impact sur ce sport prend de l’importance. Il veut aider les jeunes à comprendre la réalité et à leur faire réaliser qu’ils ne sont pas seuls. Les entraineurs sont les premières et dernières personnes que les joueurs voient dans leur journée, et ils sont toujours là pour eux.

Cette année, M. Juneau considère que la force de l’équipe est sa solidarité, son homogénéité et cette atmosphère « familiale » va les aider à atteindre leurs objectifs. La saison dernière, les Élans ont perdu en demi-finale, et leur but de cette saison est de jouer un match de plus pour, éventuellement, se rendre au Bol d’Or. Leur plan de recrutement est donc basé sur tout ce programme et cette vision de la passion du football.

L’équipe aime que les gens viennent les encourager, surtout à domicile, et apprécie énormément voir des étudiants, des professeurs et le personnel du cégep venir les supporter aux matchs. Jusqu’à présent, ils ont eu une bonne foule et en attendent d’autres le 24 septembre et le 15 octobre, puisqu’ils joueront respectivement contre Vieux-Montréal et Vanier, au Cégep Garneau même. Alors on vous attend, venez encourager nos Élans!

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez