Science

Des oiseaux de proie au musée de la civilisation

Par Gabrielle Bouffard,                                                                                         Journaliste pour la Salle des Nouvelles

Au cours de l’après midi du samedi 19 mars, l’union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) était présente au musée de la civilisation. Elle y présentait une activité permettant de mieux connaitre et de mieux comprendre les oiseaux de proie du Québec. Deux de ses ambassadeurs étaient présents, soit une femelle grand-duc d’Amérique et un petit nyctale, un oiseau de la famille des chouettes.

 L’UQROP est un organisme à but non lucratif qui a pour mission la conservation des oiseaux de proie et de leurs habitats. Pour atteindre son but, l’UQROP mise sur l’éducation et la sensibilisation. Pour ce faire, elle présente des ateliers permettant au public de mieux connaitre les oiseaux de proie et leurs besoins.

L’atelier présenté au musée comportait une présentation de plusieurs ailes et serres d’oiseaux empaillés qu’il était possible de manipuler. Ensuite, les spectateurs devaient tenter de les associer à l’espèce à laquelle ils appartenaient. D’autres informations étaient transmises quant à la façon dont on peut reconnaitre les différentes espèces d’oiseaux de proie du Québec.

Ensuite, le grand-duc et le nyctale étaient présentés au public, il n’était toutefois pas possible de les manipuler ou des les approcher de trop près puisqu’ils n’aiment pas être touchés. On expliquait que ces animaux n’ont pas été capturés dans le but d’être exposés au public, mais plutôt à cause de blessures permanentes ou dû à une trop grande exposition à la présence humaine causant une inaptitude à survivre en nature.

Enfin, leurs habitats, leurs habitudes alimentaires ainsi que les enjeux qui touchent les oiseaux de proie du Québec étaient présentés afin de sensibiliser le public. Ainsi, on espère inculquer certaines habitudes ou réflexes à adopter pour ne pas affecter la vie de ces animaux. À titre d’exemple, trouver un oisillon au sol ne signifie pas nécessairement qu’il est en difficulté puisqu’il apprend probablement à voler!

 

 

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez