Arts et culture Vie au Cégep

Punch club à Garneau!

Par Marie-Anick Savard, journaliste pour la salle des nouvelles,

Jeudi le 5 novembre, la Salle des Pas Perdus accueillait le Punch Club, une première puisqu’il a normalement lieu à l’Impérial (Québec) et à la Sala Rossa (Montréal). La rencontre d’improvisation était dirigée par Dominic Lapointe et animée par Ogden Robert Nelson. Les deux équipes pour cette rencontre étaient composées de Pier-Luc Funk, Fabrice-Édouard Laroche-Francoeur et Paule Jacob, qui s’opposaient à Tommy Girard, Maxime-Olivier Coulombe et Ève Dufour-Savard. Tout annonçait une rencontre dont on se souviendrait longtemps…

Les malchanceux qui n’étaient pas à cet évènement haut en couleurs se demandent probablement : « C’est quoi, ou juste, le Punch Club? » Il s’agit en fait d’une organisation de Street Impro. Fondé en avril 2012, le Punch Club comprend des joueurs des plus grandes ligues du Québec, regroupés en trios qui s’affrontent, dans cette forme particulière d’improvisation. La particularité du Street Impro? Il n’y a aucune règle et le groupe qui sort vainqueur gagne un prix en argent.

Vers 20h jeudi dernier, une demi-heure après l’ouverture des portes, le match commence. On nous avait promis un évènement déconseillé aux moins de dix-huit ans et, entre les mimiques à caractère sexuel de Pierre-Luc Funk, l’échange de chandails de Tommy Girard, Maxime-Olivier Coulombe et Ève Dufour-Savard en plein milieu d’une improvisation de thème « Quitte ou double » et une grande quantité d’insinuations sexuelles, l’avertissement était justifié.

Divisé en trois rounds entrecoupés de pauses d’une dizaine de minutes chacune, les équipes « main ouverte » et « poing fermé » se sont affrontées dans un combat sans règle et à armes égales. Les points forts de la soirée ? L’imitation de gargouille de Pierre-Luc Funk, la technique de gardiennage particulière de Tommy Girard, l’arrachage de gale de Maxime-Olivier Coulombe, la mémorable personnification de la situation Mike Ward – Jérémy Gabriel ainsi que les moments 18-ans-et-plus mentionnés plus haut.

Au terme des trois rounds, c’est l’équipe « main ouverte », composée de Pier-Luc Funk, Fabrice-Édouard Laroche-Francoeur et Paule Jacob, qui remporte les honneurs, après avoir perdu le premier round de peu, avoir remporté le deuxième round avec un très grand écart de points et avoir eu le même nombre de points que l’équipe « point fermé » au troisième round. Parmi tous ces improvisateurs, c’est la performance de Pierre-Luc Funk qui se démarque le plus et ainsi obtient le titre de joueur du match.

La prochaine rencontre du Punch Club, à Québec, se tiendra le 13 novembre à l’Impérial et opposera les équipes Tammy Verge – Marie-Soleil Dion – Pierre Turcotte et Deejay McLellan – Marc-André Boutin – Marie-Noëlle Gobeil. Pour plus d’informations sur cette rencontre et les suivantes, veuillez consulter le site internet du Punch Club.

http://lepunchclub.com/calendrier/

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez