Le monde

Crise Israélo-palestinienne : important regain de tension

Par Luqman Cissé,  Journaliste pour la Salle des Nouvelles                                                                                                                                

Depuis plusieurs semaines, une recrudescence des violences est observée entre Palestiniens et Israéliens. De multiples attaques à l’arme blanche se propagent désormais à travers Israël, la Bande de Gaza et la Cisjordanie, suivies de représailles musclées de la part des policiers et des forces armées israéliennes. Le spectre d’une troisième Intifada tient en alerte les autorités israéliennes et palestiniennes qui s’accusent mutuellement d’être à l’origine de la situation.

Le Nouvel An juif a servi de précurseur à la situation actuelle. Certains Juifs ultra-orthodoxes, frustrés du statu quo en vigueur au sujet de l’Esplanade des mosquées, y effectuent des intrusions au grand dam des Palestiniens. Ce lieu abrite la mosquée el Aqsa, troisième lieu saint de l’Islam, ainsi que le mont du Temple de Jérusalem (détruit par les romains), premier lieu saint du Judaïsme. Les Musulmans peuvent y prier à n’importe quel moment, mais les Juifs ne sont supposés y pénétrer qu’à certaines heures. Le gouvernement très à droite du président Netanyahou, réélu en mars 2015, est sous pression des associations de colons Israéliens et de partis nationalistes religieux réclamant le droit pour les Juifs de prier sur l’Esplanade des mosquées. Certaines déclarations de ministres du gouvernement israélien ainsi que la progression de la colonisation israélienne éloignent les perspectives de paix dans un avenir proche. Cet état de fait engendre chez de nombreux Palestiniens une crainte de la remise en cause du statu quo en vigueur.

La décision d’interdire l’accès à l’Esplanade aux Palestiniens de moins de 50 ans, en réaction aux affrontements avec les policiers, a fait éclater les violences, caractérisées par de nombreuses attaques au couteau par des Palestiniens, qui se sont étendues depuis en Cisjordanie, à la Bande de Gaza et à l’intérieur d’Israël. Ces attaques à l’arme blanche étaient souvent suivies de ripostes de la part de colons israéliens. Suite aux décès de jeunes Palestiniens de la Bande de Gaza, tombés sous les balles de soldats israéliens, le Hamas, parti au pouvoir à Gaza depuis 2006, parle même de troisième Intifada. Un attentat a depuis été déjoué en Cisjordanie et parmi les victimes des derniers jours se trouvent des colons israéliens tués devant leurs enfants ainsi qu’une Palestinienne de 30 ans enceinte et accompagnée de son enfant de 2 ans.

Plusieurs membres de la communauté internationale ont appelé au calme en faisant part de leurs inquiétudes. Frederica Mogherini a ainsi mis en garde les deux partis contre toutes réactions disproportionnées. John Kerry, le secrétaire d’État américain, a quant à lui fait part de ses inquiétudes aux deux dirigeants, Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas.

Les différents acteurs ne semblent cependant pas vouloir voir l’escalade se poursuivre davantage. L’accès à l’Esplanade des mosquées a été autorisé sans restriction pour les fidèles musulmans. Selon certains experts, les organisations palestiniennes politiques et militaires se reconstruisent depuis la guerre de 2014 et n’auraient pas d’intérêt quant à une nouvelle Intifada, dont le scénario est écarté par plusieurs. Mahmoud Abbas, qui a réussi à donner à la Palestine son statut de membre observateur à l’ONU, se déclare d’ailleurs contre une militarisation et une escalade sécuritaire de l’actuelle crise.

 

 

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez