Politique Vie au Cégep

La direction des affaires étudiantes intervient dans la distribution du P’tit Bob

Par Mathilde Duval-Laplante

Journaliste pour la Salle des Nouvelles

Lundi matin, plusieurs étudiants étaient postés aux portes des pavillons du cégep et distribuaient des copies de Le P’tit Bob, un dictionnaire de science politique et d’économie, dans lequel se trouve la définition de l’austérité et quelques statistiques sur ses effets au Québec, en éducation postsecondaire et au sein de Garneau. Mais la direction des affaires étudiantes et communautaires a rapidement dénoncé la fausseté d’une partie des statistiques : qualifiant le tract de propagande, elle a demandé à l’Association étudiante, qui promeut par cette occasion la grève du 2 avril, de corriger ou de retirer ces données de la vie publique du cégep.

 

Le directeur des affaires étudiantes et communautaires, Mario Roy, a reçu la Salle des Nouvelles en exclusivité l’après-midi de lundi. Le P’tit Bob n’a pas tout faux, mais contient plusieurs informations erronées, ce qui d’après lui est condamnable. Ce que le petit dictionnaire dit de l’austérité au Québec est vrai, bien que le vocabulaire soit connoté d’une certaine orientation politique. Ce sont surtout les statistiques sur Garneau qui font défaut. À propos de la hausse des frais afférents et de pénalité, Mario Roy affirme que c’est vrai mais que cette hausse aurait eu lieu malgré tout : « Ça ne s’inscrit pas uniquement dans l’austérité, ce n’est que la conjoncture. Un gel subvenait depuis neuf ans, et la hausse fut votée en décembre dernier ». Il assure que le contexte social actuel va orienter la façon dont seront investis ces revenus supplémentaires, mais que ce sera toujours dans les services aux étudiants.

 

Cette hausse de 110 $ par session fut d’ailleurs votée pour se mettre à jour avec les autres cégeps, mais c’est avant tout une indexation normale. Les frais de pénalité, quant à eux, s’expliquent pour prévoir la gestion saine de la surembauche qu’un choix de cours en retard, par exemple, génèrerait. Il ajoute également qu’il n’a jamais été question d’une hausse des frais d’inscription aux activités socioculturelles et sportives, mais bien d’une hausse du plafond à 700 $ : par ailleurs, cette décision fut prise en même temps que la hausse des frais afférents, et les responsables des activités socioculturelles et sportives n’ont pas l’intention de monter le coût de leurs activités.

 

Du reste, M. Roy dit que la perte de la clinique de soins infirmiers est une donnée juste, mais qu’elle n’a rien à voir avec le cégep et l’austérité. Retirer la clinique de soins infirmiers est une décision prise il y a deux ans, en regard d’une analyse qui fut faite par le département des soins infirmiers lui-même des objectifs pédagogiques qu’elle permettait ou pas d’atteindre. Enfin, le guichet unique, un programme de subvention du cégep dont l’Association étudiante est partenaire, est toujours efficient et ne fut jamais encore écarté de la vie étudiante.

 

Une table d’information a été installée à l’entrée de la Salle des pas perdus et les étudiants peuvent s’y procurer un P’tit Bob, des badges et d’autres informations sur l’austérité et la grève du 2 avril. Un étudiant du cégep, souhaitant garder son nom confidentiel, a affirmé que le coordonnateur de l’Association étudiante, Simon Marcoux-Piché, lui avait assuré en lui donnant un P’tit Bob qu’une grève aurait lieu le 2 avril et que les professeurs étaient au courant d’une telle levée de cours. Cependant, il faut rappeler que l’assemblée générale du 31 mars, destinée à voter la grève, n’a pas encore eu lieu. Mais quand la Salle des Nouvelles alla éclaircir la chose aux bureaux de l’Association, elle se fit assurer de la tenue de l’assemblée générale le 31 mars et que rien n’avait encore été décidé.

 

Au sujet de cette assemblée et des deux pétitions déposées il y a quelques semaines, M. Roy pense que l’Association étudiante, selon sa charte, est en droit de déplacer les dates demandées, surtout que, même désaffiliée de l’ASSÉ, l’Assofxg aurait pu demander un vote de grève pour la manifestation du 2 avril. Toutefois, il trouve cela questionnable de placer l’assemblée générale le 31 mars pendant le bloc libéré des sciences humaines. Quoiqu’il en soit, le directeur des affaires étudiantes et communautaires a demandé à l’Association étudiante de corriger le P’tit Bob ou de le retirer de leur campagne, considérant le tract comme de la propagande.

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez