Arts et culture Vie au Cégep

Entrevue avec Camille Coupal-Lafleur, responsable du comité organisateur du défilé Contraste.

Questions de Juliette Fournier

Journaliste pour la Salle des Nouvelles

SDN : Pourquoi organiser un défilé au cégep Garneau?
CCL : En fait, c’est la troisième année que nous organisons un défilé. Les deux années précédentes, c’était avec la fondation pour le Cancer du sein. Organiser un défilé permet d’amasser des fonds pour une fondation. C’est principalement ça le but. Nous savons que ce type d’événement attire des foules et c’est pourquoi on a décidé d’en faire un cette année encore, cette fois-ci en appuyant la fondation Lise Watier.

SDN : Comment s’est déroulée l’organisation?
CCL : Nous travaillons sur le projet depuis le mois de mai dernier. Nous devons d’abord trouver la fondation pour laquelle nous souhaitons amasser les fonds (et ça a été plutôt ardu de la trouver…). Ensuite, nous trouvons les boutiques, les mannequins, les commanditaires et donateurs. Nous devons monter les tableaux (chorégraphies) et ensuite faire pratiquer les mannequins. C’est énormément de temps d’investissement, mais ça en vaut la peine! On a eu quelques embûches, par exemple, la première fondation que nous voulions contacter ne nous a jamais répondu. Trouver nos porte-paroles n’a pas été évident non plus, car Mme Watier ne pouvait être présente et les personnalités publiques sont souvent très impliquées déjà dans d’autres fondations. De plus, le soir même de l’événement, j’ai appris que l’une de nos porte-paroles ne pourrait se présenter pour cause de force majeure (prise à l’aéroport de Toronto). Mais bon, il faut bien des embûches pour un bel événement!!

SDN : Qui s’implique dans un tel événement?
CCL : Tout d’abord, le comité organisateur. Nous sommes toutes des étudiantes du cégep et nous sommes dans Garneau Travail, l’entreprise-école du cégep. Ensuite, nous avons invité Mathilde Duval-Laplante à se joindre à notre équipe pour pouvoir ajouter une touche plus artistique à l’événement. Aussi, 30 mannequins ont défilé le soir de l’événement, plusieurs techniciens et techniciennes également ont aidé pour le montage et démontage de la salle et pour la technique le soir même. Le DJ de la soirée, Jules Coupal-Lafleur a également été présent. Des membres du personnel du cégep nous ont soutenus dans nos démarches. Plusieurs bénévoles, environ 20, sont venus nous aider le soir même, soit pour aider au cocktail et entrée, soit en tant qu’habilleurs pour aider les mannequins à se changer rapidement. On peut voir qu’il y avait beaucoup de monde impliqué dans l’organisation !!

SDN :Pourquoi avoir choisi la fondation de Lise Watier?
CCL : Mme Watier est l’une des premières femmes d’affaires du Québec. C’est une femme très inspirante et nous trouvions que sa fondation avait une mission vraiment touchante. De plus, avec le thème « contraste » de la soirée, la mission de la fondation qui est d’aider les femmes à reprendre le dessus sur leur vie contrastait avec le comité organisateur qui est composé uniquement de jeunes femmes qui montent des projets pour les autres.

SDN : Les marques qui ont défilé étaient-elles toutes québécoises?
CCL : Oui, ce sont toutes des boutiques québécoises. Certaines sont certes plus connues maintenant, mais nous avons essayé de ne pas prendre de boutiques américaines, dans le but de rendre le défilé plus représentatif de notre province !

SDN : Pourquoi n’avez-vous pas inclus davantage de designers québécois?
CCL : Les designers sont souvent difficiles d’approches, car comme ce sont souvent des morceaux uniques, ils sont plus sceptiques à prêter des morceaux de leurs collections. Et souvent, leurs vêtements valent vraiment plus cher, alors il est plus risqué pour nous d’emprunter leurs vêtements. C’est la principale raison, mais il y a aussi que nous devons trouver des vêtements qui plaisent à tous les goûts. Il est donc important d’avoir des vêtements plus pour les jeunes (considérant que ce sont des jeunes qui les portent le soir du défilé et que leurs amis viennent les voir, nous avons une grande proportion de jeunes dans le public).

SDN : Comment vous êtes-vous organisés avec les boutiques pour qu’elles vous prêtent les vêtements?
CCL : Nous créons un contrat comme quoi ils acceptent de nous les prêter un certain nombre de jours. Certaines boutiques ont elles-mêmes un contrat de prêt. Mais habituellement, ça se passe très bien. Nous déterminons une date pour aller les chercher, et une autre pour aller les porter. C’est une affaire de confiance!

SDN : Qui a eu l’idée de dynamiser le défilé (petites danses des mannequins, scénettes et performances musicales)?
CCL : Avec le thème « Contraste », nous souhaitions qu’il y ait de la diversité dans la soirée. C’est d’ailleurs pourquoi nous avons fait appel à Mathilde. C’est elle et Florence Brunet (un membre du comité organisateur) qui a ont eu les idées des mises en scène des débuts de tableaux.

SDN : Quel était le programme du défilé ?
CCL :
1. Ouverture (Créations GEBO)
2. Valin Confection 1
3. Marie Dooley
4. Volcom (vêtements)
5. Vincent d’Amérique
6. Myco Anna
7. Vision Rock
8. Sport Sélect (maillots)
9. ENTRACTE
10. Valin Confection 2
11. Laura
12. Croteau
13. Infront
14. Volcom (maillots)
15. Sport Sélect (vêtements)
16. Séraphin
17. Finale

À propos de l'auteur

La Salle des Nouvelles

Commentez